Art & renaissance

Les Jardins à l’Italienne, tout un art

12 mai 2016

Les jardins à l’italienne ont connu leur apogée pendant près de deux siècles sur les terres françaises. Mais avant d’arriver sur nos terres royales et de prendre racine le long du Val de Loire, l’Italie en a été le berceau….

Il était une fois la Renaissance…

La Renaissance, c’est cette étape radicale de changement qui après, une ère archaïque et moyenâgeuse, laisse place à une phase où le peuple s’éveille aux promesses d’une Époque Moderne tournée vers des pensées humanistes et créatrices.
Courant artistique majeur et révolutionnaire de la fin du XIVe siècle, la Renaissance jaillit au beau milieu des plaines de Toscane, mais son impact sur les mentalités et les idéaux ne se bornera pas aux frontières terrestres. Toutefois, il faudra attendre quelques décennies de plus pour la voir s’installer dans les jardins royaux de France.

Rolling Hills of Tuscany, Italy

Une scène de théâtre grandeur nature.

C’est sur les collines qui bordent l’Arno dans la région de Florence, que l’esprit des jardins à l’italienne voit le jour. Inspirée de la mode napolitaine d’alors et des influences romaines d’antan, la transformation des jardins s’opère au fil du temps.

Fontana Dei Draghi, Villa d`Este fountain, Tivoli near Roma, Italy

Fontaine de Draghi, à la Villa d’Este Tivoli

Les Florentins firent le choix de conserver certaines valeurs sures, comme l’utilisation des pelouses, de treilles, de charmilles et des fontaines ornées de statues, tout en les combinant avec de nouvelles perspectives, empruntées à l’imaginaire des Romains. Le jardin se réinvente et devient tout un art, à part entière.
L’architecture des jardins italiens souligne avec élégance et délicatesse  les paysages dans lesquels ils s’inscrivent.  Les terrasses à l’horizontale font leur apparition et les écrans de végétation taillés laissent entrevoir le paysage bucolique italien, abolissant enfin les cloisons médiévales jusque-là bien implantées.
À présent les minéraux et les végétaux se côtoient et s’épanouissent ensemble, toisés par les statues de pierre dont les reflets de marbre miroitent paisiblement dans les eaux calmes qui les bordent.

Les Jardins de Boboli, Florence

Jardin de Boboli à Florence

Tel un théâtre dont les rideaux s’ouvrent sur une scène grandeur nature, les jardins italiens, disposés autour de somptueuses villas florentines, mettent en valeur les larges panoramas romanesques qui les entourent.

En quelques années seulement, ces mosaïques de couleurs, d’espèces et de matières délaissent progressivement leurs influences et symbolismes chrétiens, prenant un envol plus politique, culturel et classique vers des contrées hautement royalistes, notamment en France.

Des collines de Florence aux jardins du Val de Loire

Avec les guerres d’Italie et des Médicis, les jardins à l’italienne s’exportent  vers les étendues de plaines bordant la Loire et ses châteaux, terrain de jeux et de vie favoris de la royale Seigneurie de l’époque.

5

Les Jardins à l’italienne de Château Gaillard

C’est après un voyage à Naples que Charles VIII, tombé en admiration devant ces somptueux jardins, ramène dans son sillage les plantes et les maîtres d’œuvres qui l’ont tant séduit. Et c’est à Amboise qu’il décide d’y établir son paradis terrestre dans sa résidence royale, le Château Gaillard. Orchestré par un Maître paysagiste renommé, Dom Pacello di Mercogliano, les Jardins du Roy deviennent un véritable laboratoire expérimental à ciel ouvert, paysagiste et bucolique.
Le Château de Blois suivra de près la cadence lancée par Gaillard, révolutionnant le paysage architecturale du Val de Loire, avant d’être talonné par Fontainebleau, Ambleville et bien d’autres, un peu partout en France.

Place à la Renaissance Française

Le modèle médiéval rustique d’alors s’affranchit peu à peu des paysages français, laissant la place à de splendides jardins italiens qui perdureront pendant près de deux cent ans.
Cette  étape cruciale des premiers pas de la Renaissance italienne en France, annonce l’avènement de  celui qui suivra jusqu’au XVIIe siècle, les jardins à la française.
Plus rigoureux, géométriques et bien plus classiques que ceux de son voisin italien, les jardins à la française mettent en valeur les lois de la perspective et donnent un tout nouveau sens au mot jardinier.

Le Château de Villandry

Le Château de Villandry ©Jean-Christophe BENOIST

Un tout autre sujet que nous développerons dans un prochain article.


Aucun commentaire

Répondre

Top