Jardins et agrumes

Les Premiers Orangers de France

18 mai 2016

L’orange, deuxième fruit le plus consommé de France, est apparue sur les terres françaises en 1496 grâce au savoir-faire du maitre paysagiste Dom Pacello da Mercogliano. Et depuis l’apparition de ces premiers orangers, il y a plus de 500 ans, une collection unique d’agrumes y est perpétrée au cœur d’une orangerie royale, unique en France.

Des saveurs exotiques uniques venues d’ailleurs.

Mais avant d’arriver dans nos vergers français, les oranges ont vu le jour sous le chaud soleil indonésien il y a près de 20 millions d’années, sous la forme primitive des agrumes d’antan. Les chinois ont ensuite développé toute une farandole d’agrumes hybrides pendant des centaines d’années, à l’écart des contrées occidentales. Colorés, acidulés et considérés comme vecteurs de nombreuses vertus, les agrumes fleurissent au « pays du soleil levant » jusqu’au début du XI ° siècle.

Les historiens rapportent que c’est probablement au cour des Grandes Croisades qui suivirent, que les agrumes ont fait leur apparition sur les côtes méditerranéennes par le périple de la mer Érythrée.

Pommes d'or et mythologie

Pommes d’or et mythologie

Suite aux légendes grecques, les oranges porteront l’appellation de « pomme d’or » pendant des siècles par les riches occidentaux. Elles sont alors le symbole du luxe et de l’abondance pour la royauté du bassin méditerranéen. Le roi Charles VIII, fait partie de cette royauté en quête d’exotisme et d’opulence. En 1496, il ramènera de son périple italien, un certain Dom Pacello da Mercogliano dont les premiers orangers ne tarderont pas à fleurir sur les bords de la Loire.

Le Château Gaillard et sa collection unique.

Représentative d’un savoir-faire unique, la culture des orangers a le vent en poupe au début de la Renaissance. Les jardiniers, considérés alors comme de véritables maitres d’œuvres,  étaient assis à la droite du souverain royal et devaient connaitre et maitriser la technique du greffage à la perfection (multiplication des arbres fruitiers et végétaux difficiles à bouturer), afin de donner naissance à de nouvelles variétés d’agrumes.

Vitrail Oranger Château Gaillard

Vitrail Oranger Château Gaillard

Le Château Gaillard en est l’illustre exemple, lorsque le roi Charles VIII fit offrir à son maitre artisan jardiniste, le domaine royal contre la modique somme, d’un bouquet de fleurs d’orangers par an.

Aujourd’hui, il existe près d’une cinquantaine de variétés d’agrumes, réparties sur 90 arbres au Château Gaillard d’Amboise. Parmi les espèces aux noms les plus originaux on retrouve l’oranger du Vatican (la plus cultivée au monde), l’oranger vanille (dont les écorces confites ont le goût de vanille), l’oranger amer (avec lequel on fait du vin), l’oranger moro (sanguine), mais également la Poire du Commandeur, la Pomme d’Adam, la Main de Bouddha ou encore le Citron Caviar ; pour n’en citer que quelques-uns.

 

L’Orangerie Royale de Dom Pacello da Mercogliano

Premier jardin d’acclimatation en France, Dom Pacello créa sur les ordres de son souverain, la première Orangerie Royale française. Véritable laboratoire expérimental, cette demeure royale prit en peu de temps des allures de paradis terrestre : orangers, citronniers, pêchers et pruniers abondent au milieu de cet immense et verdoyant jardin.

Château Gaillard Orangerie Royale

Château Gaillard Orangerie Royale

Au tout début de la création de l’Orangerie, Dom Pacello da Mercogliano utilisait les grottes troglodytes comme refuge pour ses arbres. L’entrée était alors fermée par une toile de cire ou d’huile, quand il n’utilisait pas des rideaux de paille. C’est plus tard qu’il décida d’utiliser la roche telle qu’elle, comme abri pour faire pousser ses orangers.
En acclimatant les premiers orangers de France, il créa les caisses à orangers, les serres chaudes, et joua des tonnelles, de l’eau des sources, des gloriettes, des grottes, des fontaines, des statues de marbre. C’est tout un festival de couleurs et de senteurs qui prirent vie au sein de cet Eden terrestre.
C’est sous la terrasse du château que se trouve l’Orangerie Royale et l’histoire raconte que Dom Pacello aimait dormir juste au-dessus de ses précieux arbres aux fruits d’or.
L’Orangerie Royale s’étend en hauteur et en longueur, le long d’un couloir de pierres de roche. Le tout, s’illumine au travers des rayons du soleil, filtrés par de grandes baies vitrées en verre soufflé de Saint Just.

Un spectacle enchanteur et ensorcelant pour tous les visiteurs des temps modernes qui se retrouvent alors propulsés au cœur d’une fabuleuse histoire de temps passés. L’histoire d’un jardinier paysagiste, qui changea le destin d’un simple jardin en celui de paradis terrestre. Un paradis terrestre qui perdure toujours aujourd’hui, quelques centaines d’après plus tard.

 

You Might Also Like

Aucun commentaire

Répondre

Top